vêtu


vêtu

vêtu, ue [ vety ] adj.
XIVe; « qui a revêtu l'habit religieux » 1258; de vêtir
Qui porte un vêtement; qui a mis ou à qui l'on a mis un vêtement. Être bien vêtu. habillé(plus cour.), mis. Une femme « vêtue avec une certaine recherche » (Romains). Chaudement vêtu. « Légère et court vêtue, elle allait à grands pas » (La Fontaine). Vêtu de neuf. « des jeunes filles, vêtues comme des Parisiennes » (Loti). Fig. « Vêtu de probité candide et de lin blanc » (Hugo).
Littér. (en parlant des animaux, des objets, de la nature) 2. couvert, recouvert. « poussins, vêtus de duvet jaune » (Maupassant). Livres vêtus de veau, de maroquin. « Les arbres, vêtus de givre » (Maupassant).
⊗ CONTR. 1. Nu.

vêtu Participe passé de vêtir. ● vêtu nom masculin (de vêtu) Partition en forme de losange dont les quatre angles touchent les bords de l'écu.

vêtu, ue
adj. Habillé. être bien, mal vêtu.

⇒VÊTU, -UE, part. passé, adj. et subst. masc.
I. — Part. passé de vêtir.
II. — Adjectif
A. — Qui a mis, à qui l'on a mis des vêtements. Synon. habillé. Bien, mal vêtu; vêtu de neuf; vêtu de blanc, de kaki. [L'ouvrier] qui appelle bourgeois le fabricant (...) est un bourgeois pour l'homme de la campagne. Celui-ci le voit le dimanche se promener vêtu comme un monsieur (MICHELET, Peuple, 1846, p. 72). Vêtu de flanelle blanche à raies bleues, le panama en bataille, il allait à petits pas marqués du talon (HAMP, Champagne, 1909, p. 77). Court-vêtu.
[Dans un cont. métaph.] V. candide ex. 1.
B. — Littér. [En parlant d'une chose, d'un animal, d'un élément de la nature] Couvert, recouvert, orné. Le vestibule vêtu de boiseries de cèdre, couleur de boîte à cigare (HUYSMANS, À rebours, 1884, p. 83). La nuit avait été fort neigeuse et le paysage entier, vêtu de blanc (BLOY, Désesp., 1886, p. 86).
En partic. [En parlant d'un fruit] Qui a conservé des enveloppes adhérentes. (Ds Agric. 1977).
III. — Subst. masc., HÉRALD. Partition de l'écu en losange qu'entoure un vêtement. La Grande Losange et le Vêtement, n'ayant que le relief pour se distinguer l'un de l'autre, ont le vêtu pour Partition commune (P.-B. GHEUSI, Le Blason, 1932, p. 179).
Prononc. et Orth.:[vety], [-]. PASSY 1914, BARBEAU-RODHE 1930 [-]. MARTINET-WALTER 1973 [-], [ve-] (6, 11). WARN. 1987: soutenu [-], courant [ve-]. Ac. 1694, 1718: vestu; dep. 1740: vêtu. Étymol. et Hist. 1. Ca 1165 richement vestu (BENOÎT DE STE-MAURE, Troie, éd. L. Constans, 5182); id. au fig. (ID., ibid., 3030: Mout en erent beles les rues [de Troie] E de riches meisons vestues); 2. 1690 hérald. (FUR.). Part. passé adj. de vêtir. Fréq. abs. littér.:1 666. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 2 237, b) 3 334; XXe s.: a) 2 601, b) 1 825.

vêtu, ue [vety] adj.
ÉTYM. XVIIe; « qui a revêtu l'habit religieux », 1258; vestu(t), 1080; de vêtir.
1 Qui porte un vêtement; qui a mis ou à qui l'on a mis un vêtement. || Être (1. Être, cit. 100) bien vêtu ( Habillé [plus cour.], mis, paré; → Monsieur, cit. 4), mal vêtu, à demi-vêtu (→ Homme, cit. 143.1; peser, cit. 7.1). || Somptueusement (→ Mandarin, cit. 1; 1. paré, cit. 15), indécemment vêtu (→ Méprendre, cit. 2). || Pauvrement (cit.) mais décemment vêtu. || Chaudement, grossièrement vêtu (→ Cahoté, cit. 2). || « Légère et court vêtue, elle allait à grand pas » (→ Agile, cit. 1, La Fontaine). || Vêtu de neuf (→ Fringant, cit. 2). || Vêtu de loques, de haillons (→ Emporter, cit. 2), de guenilles (cit. 5). || Vêtu d'une façon extravagante. Carême-prenant, chie-en-lit. || « Lorsque (cit. 3) avec ses enfants vêtus de peaux de bêtes… » (Hugo). || Vêtu de blanc (cit. 16), de kaki (→ Ration, cit. 1). || Tout de bleu vêtu. || Orphelin (cit. 2) vêtu en, de noir. || Vêtu en paysan (→ Ais, cit. 3); à l'ancienne mode (→ Engoncé, cit. 1), à l'anglaise (→ Poisson, cit. 12). || Jeunes filles vêtues comme des Parisiennes (→ Embrasure, cit. 5).
1 Madame Goujet, toujours vêtue de noir, le front encadré d'une coiffe monacale, avait une face blanche et reposée de matrone.
Zola, l'Assommoir, IV, p. 134.
2 Une dame d'un certain âge entre, sourit, salue. Elle est vêtue d'une robe de soie noire, assez décolletée, avec des manches mi-longues, des dentelles, des guipures, des diamants.
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. V, p. 65.
3 C'était une femme assez grande, encore jeune, vêtue avec une certaine recherche.
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. V, XVI, p. 116.
4 (…) un grand vieillard solennel, tous les jours vêtu d'une redingote noire à revers de soie (…)
M. Jouhandeau, Chaminadour, Contes brefs, « M. Sincère ».
Fig. || « Vêtu de probité candide (cit. 1) et de lin blanc » (Hugo).
2 Littér. (en parlant des animaux, des objets, de la nature). Couvert, recouvert. || Poussins (cit.) vêtus de duvet jaune. || Livres (1. Livre, cit. 6 et 9) vêtus de veau, de maroquin. || Mur vêtu de lierre (→ Moineau, cit. 3). || Les arbres vêtus de givre (cit. 4). || La vallée toute vêtue de feuilles (→ Harmonie, cit. 50). || Le paysage vêtu de blanc (→ Neigeux, cit. 2).
3 N. m. (1690). Blason. Partition de l'écu en losange dont les quatre angles touchent les bords de l'écu.
tableau Termes de blason.
CONTR. Nu.

Encyclopédie Universelle. 2012.